Avoir la liberté de rejoindre un syndicat vous permet de mieux défendre votre droit à un salaire décent et à des conditions de travail décentes.

Afin de garantir que le travail décent devienne la règle et que des millions de familles de travailleuses et travailleurs échappent à la pauvreté et à l’exploitation, il faut leur donner le pouvoir d’influencer les décisions qui façonnent leur vie. La population doit pouvoir s’organiser (liberté d’association) par le biais de syndicats afin de négocier un salaire minimum vital et de défendre des conditions de travail décentes sur un pied d’égalité avec leur employeur (négociations collectives).
Deux grandes règles internationales et juridiquement contraignantes s’appliquent en la matière : les conventions n° 87 et 98 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Malheureusement, de nombreux pays et employeurs ne respectent pas ces règles, ce qui favorise les inégalités tout en faisant souffrir inutilement les travailleuses et travailleurs.

Il est impossible de METTRE FIN À la cupidité des entreprises sans imposer des règles claires aux sociétés multinationales et sans de solides syndicats pour les mettre en application.

Lorsque le travail décent est la norme, les travailleuses et travailleurs sont traité·e·s avec dignité. Toutefois, de nos jours, des millions de travailleuses et travailleurs souffrent d’abus et d’injustices omniprésents en raison de la cupidité des entreprises. Les multinationales continuent à accumuler massivement de la richesse, générée par un modèle économique qui pousse à une production croissante et à un coût toujours plus réduit au détriment des travailleuses et travailleurs exploité·e·s

Les entreprises sont responsables du bien-être à la fois des personnes qui fabriquent les produits et de celles qui les consomment. Elles ont la responsabilité de savoir ce qu’il se passe dans leurs chaînes d’approvisionnement (diligence raisonnable), et les gouvernements doivent quant à eux s’assurer que les entreprises respectent les règles. Les syndicats jouent un rôle central en veillant à ce que les deux parties soient tenues responsables.

Se remettre d’une maladie, savoir que ses proches sont bien pris en charge lorsque l’on travaille, profiter de sa retraite… Les raisons de soutenir une protection sociale universelle sont nombreuses.

Nous avons tous besoin de soutien à certains moments de notre vie. Toutefois, la plupart des gens ne bénéficient pas d’une protection sociale digne de ce nom. Le concept de travail décent s’étend au-delà de la vie professionnelle. Retraités, nous nous attendons à recevoir une pension afin de profiter de nos dernières années. Quand nous avons des enfants, nous voulons pouvoir continuer à travailler tout en sachant qu’ils sont bien pris en charge. En cas d’accident ou de maladie, nous devons quand même continuer à payer nos factures ; nous désirons aussi recevoir de bons soins de santé, quelle que soit la taille de notre portefeuille.

Les syndicats sont essentiels pour garantir qu’aucun travailleur ne soit laissé pour compte lors de la transition vers un avenir durable.

Le monde ne peut tout simplement pas continuer à tourner de cette manière. La fixation funeste des multinationales pour une croissance économique de plus en plus forte soutenue par une consommation illimitée conduit l’humanité dans une terrible impasse. Il est temps de mettre en place un nouveau paradigme qui nous permet de profiter d’un avenir durable au cœur duquel se trouve le travail décent. Étant donné que de nombreux emplois vont évoluer ou être remplacés par d’autres, les travailleuses et travailleurs doivent acquérir de nouvelles compétences et bénéficier du soutien dont ils auront besoin dans ce nouveau monde du travail.

Les travailleurs de l’économie informelle créent de la richesse à partir de la pauvreté. Ils méritent des emplois formels et les mêmes droits que tous les autres travailleurs.

Pour les millions de personnes du monde entier qui travaillent dans l’économie informelle, un travail décent représente l’espoir d’un avenir meilleur. Malgré leur lutte quotidienne pour joindre les deux bouts, nombre d’entre elles ne bénéficient pas d’un salaire stable, d’heures de travail régulières, de retraite, de sécurité sociale, d’assurance maladie, ni d’issue à cette situation. Elles génèrent pourtant de la richesse à partir de la pauvreté et sont le moteur de l’économie réelle dans de nombreux endroits du monde.

Si vous avez un emploi, votre revenu devrait vous permettre d’avoir un niveau de vie décent.

Dans un ordre mondial non durable où les emplois décents sont rares, avoir un travail ne signifie pas toujours gagner sa vie. Au contraire, le nombre de personnes incapables de joindre les deux bouts bien qu’ils aient un voire plusieurs emplois est en augmentation.

Un salaire minimum décent donne l’opportunité à des millions de travailleuses et travailleurs ainsi qu’à leur familles de sortir de la pauvreté. Nous devons reprendre le contrôle de nos vies, nous épanouir dans notre travail et au sein de nos collectivités. Pour y parvenir, il est crucial de disposer de syndicats forts et d’une législation propice.

Lorsque les syndicats participent aux négociations, cela aide les grandes entreprises et les gouvernements à élaborer des politiques et des pratiques durables qui ne laissent personne pour compte.

Les débats entre les gouvernements, les employeurs et les syndicats se concentrent habituellement sur les salaires et les conditions de travail. Avec les effets du changement climatique et des nouvelles technologies, ces débats commencent à présent à inclure des discussions stratégiques sur les mesures à prendre pour s’assurer que personne n’est laissé pour compte à mesure que notre société évolue vers un avenir durable. En tant que défenseurs du travail décent, les syndicats se situent en première et dernière ligne de défense dans la protection des droits et de la dignité des travailleuses et travailleurs.

La cupidité a mené le monde au bord de l’effondrement environnemental et social. Il est urgent de mettre en place un Nouveau Contrat Social pour garantir le respect des droits et la responsabilisation des entreprises.

Les principaux piliers d’un monde durable, comme le travail décent, doivent être permanents. C’est pourquoi nous proposons la création d’un Nouveau Contrat Social. Ce cadre devra clairement définir les responsabilités des acteurs clés de la société, comme les gouvernements, les employeurs et les travailleuses et travailleurs, ainsi que leurs droits. Pour les travailleuses et travailleurs, ces droits comprennent les droits fondamentaux du travail, repris dans une garantie universelle du travail : la syndicalisation ; l’ouverture de négociations avec les employeurs (négociations collectives) ; la garantie d’un salaire minimum vital ; la prévention de la discrimination et de l’exploitation ; des lieux de travail sûrs et sains ; et un contrôle raisonnable du temps de travail.

Partager

Parlez à vos amis et vos abonnés de la puissance de l’ ODD 8 et encouragez-les d’utiliser #Timefor8

Découvrez les matériaux promos #Timefor8 (vidéos, social media cards, posters, etc.) et PARTAGEZ vos préférés sur votre site Web et vos réseaux sociaux.

Partager

Le moment du 8 est venu

Le temps presse pour une Nouveau Contrat Social

L’adoption du Programme à l’horizon 2030 et de ses objectifs de développement durable (ODD) est une occasion historique de changer le fonctionnement du monde actuel.

Pour les syndicats, les droits sociaux, économiques et environnementaux qui se trouvent au cœur des ODD sont des éléments essentiels de l’agenda syndicale.

Dans le cadre de leurs activités quotidiennes visant à faire respecter la liberté d’association, le dialogue social et les négociations collectives et à défendre les droits des travailleuses et travailleurs, les syndicats jouent un rôle essentiel dans la réalisation des ODD.

L’ODD 8 se concentre sur la promotion d’une croissance économique inclusive et durable, ainsi que l’emploi et le travail décent pour tous. Il est essentiel au Programme à l’horizon 2030 ainsi qu’à notre appel à l’adoption d’un Nouveau Contrat Social entre les gouvernements, les entreprises et les travailleurs.

Partagez #Timefor8 !

Contactez-nous

Vous avez une idée pour améliorer cette campagne?
Vous avez une question concernant l’ODD 8 et #Timefor8? 
Envoyez un email à dce@ituc-csi.org et nous vous recontacterons dès que possible.

ITUC – Confédération syndicale internationale
Boulevard du roi Albert II 5, B1 – 1210 Bruxelles – Belgique